Qui nous sommes

Soutenons la réparation

Diminuons la consommation des ressources et développons l’économie locale
Revendications de la Table ronde de la réparation

Le 7 octobre 2015 est née à Berlin une Table ronde de la réparation ayant pour objectif de soutenir la réparation. Des représentants d’associations de protection de l’environnement et des consommateurs s’y sont réunis avec des acteurs de l’économie de la réparation, de l’industrie, du monde scientifique et d’autres initiatives de réparation. Le texte qui suit explique l’arrière-plan thématique qui a conduit à la création de la Table ronde et en présente les revendications.

Nos partenaires

Germanwatch Logo Violett medium 1800x666_rgb

Germanwatch, contact : Johanna Sydow

BUV_1_1_v_600

Fédération nationale des associations de consommateurs (Verbraucherzentrale Bundesverband, VZBV)

logo-netzwerk-RI-jpg-300dpi

Réseau des initiatives de réparation (Netzwerk Reparatur-Initiativen), contact : Tom Hansing

Vangerow Service GmbH

Vangerow Service GmbH, contact : Detlef Vangerow

BFUB_300

Fédération nationale des éco-consultants (Bundesverband für Umweltberatung e.V., bfu)

iFixit-Europe-stacked

IFIXIT GmbH, contact : Matthias Huisken

NABU_Logo_4c_RZ

Fédération nationale pour la protection de la nature Allemagne (Naturschutzbund Deutschland, NABU), contact : Sascha Roth

BUNDlogo 2012 RGB

Association pour la protection de l’environnement et de la nature (Bund Umwelt und Naturschutz Deutschland, BUND)

Opadsfd

ÖKOPOL – Institut für Ökologie und Politik GmbH (Institut pour l’écologie et la politique), contact : Dirk Jepsen

ReUseLogo2014-07-ReUse

ReUse e.V. gemeinnützig (association à but non lucratif) contact : Stefan Ebelt

Druck

Fondation communautaire Stiftungsgemeinschaft anstiftung & ertomis gGmbH (Repaircafés)

Print

Association des entreprises communales (Verband Kommunaler Unternehmen e.V., VKU)

SERI Logo_Text_Druck

SERI Wien, contact : Christine Ax

Logo_Blitzblume_cl2

Blitz Blume Ingelheim, contact : Heinrich Jung

DUH-Logo_positiv_CMYK_Vektorgrafik_frei_skalierbar

Association allemande de protection de l’environnement (Deutsche Umwelthilfe, DUH)

sustainable-design-center

Sustainable Design Center, contact : Nikolaus Marbach

Deutsche Gesellschaft für Warenkunde und Technologie

Association allemande pour la connaissance des produits et la technologie (Deutsche Gesellschaft für Warenkunde und Technologie), contact : Eberhard Seifert


La réparation doit être encouragée

Nous ne consommons pas de manière durable. Les montagnes de déchets grossissent à vue d’œil et la consommation élevée d’énergie et de ressources nuit au climat. Afin de réduire notre empreinte écologique, nous devons utiliser nos produits nettement plus longtemps. A cette fin, certaines conditions pour la réparation des produits doivent être remplies, sujet auquel la politique n’a jusqu’à maintenant contribué que très peu.

Protection des ressources

Au cours du cycle de vie d’un produit, c’est la quantité de ressources utilisées lors de la production qui coûte le plus à l’environnement. Si c’est le cas pour beaucoup de produits, cela vaut surtout pour les produits électriques et électroniques. Ainsi, un nouvel ordinateur portable qui consomme particulièrement peu d’énergie, devrait être utilisé pendant plusieurs décennies afin de rentabiliser l’énergie qui a été utilisée pour sa production. Sans oublier qu’au-delà de l’énergie, la production consomme de nombreuses autres ressources. Par exemple, 100 kg de gravats sont produits lors de l’extraction de la petite quantité d’or présente dans chaque téléphone portable². Le recyclage, aussi efficace soit-il, n’est pas la meilleure solution, car même moyennant des efforts considérables, seule une quantité limitée de matières premières ne peut réellement être réintroduite dans le cycle économique. D’un point de vue écologique, il n’existe donc pas d’alternative à l’utilisation prolongée des produits – et celle-ci nécessite leur réparation.

Une économie locale

Au-delà de l’argument environnemental, la réparation a des impacts économiques et sociaux positifs. Elle crée des emplois qualifiés. S’il existait de meilleures conditions cadres pour la réparation, de nouveaux emplois pourraient être créés dans de nombreux secteurs de l’économie.³

En Allemagne, il existe par exemple près de 10 000 revendeurs et ateliers indépendants qui réparent des appareils électroménagers. Si l’on compte également le secteur des technologies de l’information ainsi que l’entretien et la réparation des nombreux autres objets présents dans les foyers et entreprises, il s’agit certainement de bien au delà de 100 000 emplois.

Le public soutient le concept de la réparation : partout en Allemagne, des initiatives de réparation ont vu le jour, prouvant l’intérêt d’un nombre croissant de citoyens et citoyennes pour la réparation.

Jusqu’à présent, le secteur de la réparation a été négligé par la politique et se trouve en recul. Cette évolution concerne non seulement la réparation effectuée par les producteurs, mais aussi la réparation pendant et après la période de garantie, qui est le plus souvent réalisée par des réparateurs indépendants. Bien qu’un petit nombre de fabricants européens renommés mettent en avant un service après-vente de bonne qualité et coopèrent très bien avec leurs partenaires du secteur de la réparation, on constate qu’une part de marché croissante est occupée par des produits qui ne sont utilisés que pendant une courte durée, étant donné que pour des raisons diverses, ils ne peuvent pas être réparés.

Des entreprises sociales, des revendeurs, des entreprises artisanales, des ateliers de réparation indépendants et des Cafés de réparation souffrent aujourd’hui de ne pas obtenir de la part des producteurs les pièces détachées, les informations et les outils logiciels nécessaires. De plus, le prix des pièces détachées est souvent excessif.

Pourquoi la politique devrait-elle agir ?

Le thème de la réparation est présent sur la scène politique de plusieurs pays européens. La France a mis sur pied une loi promouvant la réparation et renforçant la souveraineté du consommateur. En Allemagne, il n’est pas encore question d’une telle loi, alors qu’une étude récente du Bureau fédéral allemand de l’environnement prouve que la durée d’utilisation de nombreux produits électroniques a diminué. Cette tendance a également été observée sur beaucoup d’autres marchés des biens de consommation. Pour des raisons environnementales, nous devons mettre fin à ces durées d’utilisation à la baisse. Pour y arriver, nous avons besoin d’une réelle révolution de la réparation, d’un tournant dans les esprits et dans les actes, aussi bien dans la société que dans le monde politique. Tous les produits doivent devenir plus faciles à réparer et la réparation doit être rendue plus attractive et compétitive.

Actuellement, dans les différentes arènes de la politique environnementale, il est souvent question de la baisse de la consommation des ressources et des approches possibles afin de stimuler des formes d’économie durables. Le train de mesures sur l’économie circulaire au niveau européen et le projet ProgRess en Allemagne en sont des exemples. L’objectif n°12 des Objectifs de développement durable des Nations Unies rend également nécessaire un changement de perspective. La Table ronde de la réparation souhaite que la politique introduise l’augmentation de la durée d’utilisation des produits par la réparation dans les débats suivants : le paquet sur l’économie circulaire de l’Union européenne ; le Programme national sur l’utilisation efficace des ressources et la mise en œuvre du Programme de prévention des déchets ; le développement de la directive sur l’écodesign de l’Union européenne et la mise en œuvre de la loi sur l’économie circulaire et de la loi sur les appareils électriques usés. C’est ainsi que l’objectif de la protection des ressources et du climat ainsi que du renforcement des marchés du travail locaux doit être soutenu.


Télécharger les revendications

Télécharger le formulaire de contact pour les sympathisants (en allemand)